Implantation d’une forêt nourricière. Conception de terrasses de culture et de baissières de récupération des eaux. Projet l’Arbre aux Oiseaux. St-Donat-de-Rimouski 2018-en cours.

,
Implantation d’une forêt nourricière. Conception de terrasses de culture et de baissières de récupération des eaux. Projet l’Arbre aux Oiseaux. St-Donat-de-Rimouski 2018-en cours.

Les clients désirent implanter une forêt nourricière (arbres et arbustes fruitiers, arbres et arbustes à noix nordiques et plantes herbacées) dans une prairie agricole de 0,6 ha, dans la municipalité de St-Donat-de-Rimouski (zone de rusticité 4a), sur les bases de la Permaculture végétale et de l’Agroforesterie naturelle.  

Afin de minimiser la compétition interspécifique entre les différentes espèces qui seront introduites dans l’aire de culture, le projet a été échelonné sur une période de cinq ans, permettant ainsi à nos clients d’introduire progressivement les végétaux, d’abord les arbres et les arbustes, puis les plantes herbacées.

2018. Année 1 du projet.  Caractérisation de l’aire de culture.

La caractérisation écosystémique consiste à définir les facteurs limitants et les différents potentiels de l’écosystème-hôte, de manière à créer un système de croissance végétal optimisé. Elle est réalisée en 2 temps: 

  • par un inventaire de l’ensemble des paramètres écologiques de l’aire de culture, nous déterminons les actions à privilégier en vue d’améliorer l’efficacité générale de l’ingénierie naturelle de l’ensemble des composantes écosystémiques; 
  • par des analyses agronomiques, nous déterminons les actions à poser afin de maximiser la préparation du sol de l’aire de culture.

Cette dernière opération nous permet aussi de dresser une liste de végétaux préliminaires pouvant être introduits dans la future forêt nourricière.

Parmi les constats réalisés au cours de l’inventaire écosystémique, deux paramètres en particulier sont ressortis: 

  1. l’excès de vent arrivant de l’Ouest sur l’aire de culture. Nous recommandions l’implantation de haies brise-vent;
  2. la vitesse d’écoulement des eaux de ruissellement, celles-ci dévalant la pente trop rapidement, emportant le plus souvent dans son sillage de précieux sédiments. Nous recommandions de repenser la distribution des eaux de ruissellement dans l’aire de culture.

Les analyses agronomiques ont permis  de mettre au point les recommandations pour la préparation du sol de l’aire de culture pour la saison 2019 ( ajout de fertilisants naturels, implantation d’un engrais vert) et de remettre à nos clients une liste de 46 végétaux (arbres, arbustes, plantes herbacées, fixateurs d’azote) pouvant être éventuellement introduits dans l’aire de culture .

 

2019. Année 2 du projet. Conception des terrasses de culture.

Après discussion avec nos clients, il a été décidé d’aménager la future forêt nourricière sur des terrasses de culture avec un système d’irrigation passif, comportant des baissières de récupération des eaux de ruissellement et deux bassins d’eau destinés aux irrigations d’appoints. Le projet inclut aussi la planification de l’implantation de deux haies brise-vent le long de l’aire culture afin de protéger la future forêt nourricière des vents dominants du côté Ouest.

2020. Année 3 du projet. Mise en place des haies brise-vent et enrichissement des terrasses de culture.

Une haie brise-vent sert, comme son nom l’indique, à diminuer la vélocité du vent dans l’aire de culture, mais ce n’est pas tout. La haie brise-vent représente aussi et surtout l’interface entre l’intérieur et l’extérieur de l’aire de culture. Comme pour la plupart des végétaux introduits en culture dans un projet de permaculture, la haie brise-vent doit remplir plus d’une fonction.

Au total, dans ce projet, ce sont 9 espèces de végétaux qui seront réunies pour exercer l’une ou l’autre des fonctions suivantes: brise-vent, production de petits fruits, production de plantes médicinales, production de plantes biofertilisantes destinées à la fertilisation des terrasses et à la biorépulsion, production de fleurs comestibles, de végétaux pour attirer les pollinisateurs et les insectes bénéfiques, production de champignons symbiotes, captation du carbone et sans doute bien d’autres fonctions.

Pour ce qui est des terrasses, nous avons prévu pour leur amélioration deux engrais verts constitués d’un mélange de plusieurs espèces pour répondre à des besoins spécifiques de ces dernières. 

Lent est le travail bien fait.

À suivre donc…

Ce projet a été réalisé en partenariat avec Louis Lefebvre, agronome et Alexandre Dagenais, technicien en horticulture et excavateur sur ce projet.

Le projet a bénéficié de subventions. Pour informations, contactez-nous.

Compétences

Posté le

7 avril 2020