Écoforesterie, Permaculture végétale et Agroforesterie naturelle

Écoforesterie

L’écoforesterie se définit comme l’ensemble des pratiques écologiques et responsables, visant à l’aménagement holistique des ressources comestibles et médicinales de votre forêt autant par la mise en place de sites de cueillettes de végétaux indigènes (PFNL) que par la culture, elle-même parfaitement intégrée à l’écosystème dans lequel elle prend place.

À noter que l’écoforesterie n’exclut pas la mise en valeur de la ressource ligneuse, mais sa sylviculture  n’est pas strictement orientée vers la production de bois, elle vise en plus à une utilisation optimale du sous-bois dans le but éventuel d’y intégrer une forêt nourricière sous la forme de jardin forestier. Nous appelons cette nouvelle approche: sylviculture appliquée à la conception d’une forêt nourricière. Voir à ce propos, le projet intitulé:  Érablière: conception d’une forêt nourricière avec production prioritaire: sirop d’érable. Verchères 2018.

Un territoire aménagé sur les principes de l’Écoforesterie pourrait rassembler sur un même territoire:

  1. des sites de cueillettes destinés à la récolte de produits forestiers non ligneux;
  2. des jardins forestiers intégrant des cultures nourricières ou médicinales;
  3. des vergers potagers forestiers ou à noix nordiques en cultures multistrates;
  4. des aires de multiplication végétale;
  5. des aires destinées à la conception de biofertilisants et de biorépulsifs;
  6. des aires destinées à la culture de champignons;
  7. des aires destinées à la production exclusive de bois ou intégrant des forêts nourricières.

Vous pourriez être intéressé par la section: Plan d’intervention écoforestier en permaculture végétale 

Permaculture végétale et agroforesterie naturelle

La permaculture végétale et l’agroforesterie naturelle visent à élaborer des systèmes permanents de cultures multistrates, appelés communément forêt nourricière, qui intègrent dans un tout harmonieux et cohérent :

  • argousierles arbres;
  • les arbustes;
  • les plantes herbacées;
  • les champignons;
  • les végétaux auxiliaires (régénérateurs du sol, pollinisateurs, de détournement)
  • la gestion faunique;
  • la gestion de l’eau, du vent, de l’ensoleillement;
  • et l’amélioration de vos sols.

Nous visons à créer des systèmes vivants, autonomes et en santé, aptes à produire des comestibles diversifiés, de qualité et en surabondance.

Tous nos systèmes de cultures végétales vous sont offerts selon cette approche entièrement naturelle.

Nous vous offrons trois catégories d’aires de cultures: les vergers potagers forestiers, les vergers à noix nordiques et les jardins forestiers.

Notre approche terrain: Inventaire et design correspondant

 

Inventaire écoforestier et design d’approche

L’inventaire écoforestier en permaculture végétale représente le premier niveau de lecture terrain qui est réalisé à l’échelle de l’ensemble de votre terre.  Il vise principalement à définir et à positionner par le design d’approche, les différentes composantes qui participeront à l’élaboration progressive de votre grande forêt nourricière, celle constituée par l’ensemble de vos écosystèmes. Il vise également à identifier et à positionner les différents PFNL pouvant être utilisés comme biofertilisants ou comme biorépulsifs.

Le document-synthèse qui inclut l’analyse de l’inventaire, le design d’approche et les différentes interventions devant être réalisés au cours des prochaines années par écosystème porte le nom de Plan d’intervention écoforestier en permaculture végétale.

Caractérisation écosystémique, design d’appoint et intégration des éléments fonctionnels

La caractérisation écosystémique représente le deuxième niveau de lecture terrain dans notre approche en permaculture. Il est réalisé à l’échelle d’un écosystème ciblé en vue d’y établir une culture multistrate.

La caractérisation écosystémique vise à définir les caractéristiques écologiques d’une aire de culture en vue de déterminer les potentiels et les facteurs limitants de l’écosystème destiné à accueillir les cultures nourricières.

Ici, nous concevons une aire de culture qui vise le travail concerté de toutes ses composantes fonctionnelles afin de créer un système de croissance végétale optimisé.

À cette étape, il ne s’agit pas encore de préciser dans le détail, mais plutôt de s’en tenir au comment faire fonctionner au mieux l’écosystème hôte: une forme naturelle d’ingénierie douce.

La caractérisation écosystémique est constituée de trois analyses: l’inventaire écosystémique, l’analyse agronomique et une liste préliminaire de végétaux pouvant être introduits dans l’écosystème ciblé.

L’inventaire écosystémique

Au total, ce sont 11 éléments fonctionnels participant aux relations écosystémiques de l’aire de culture, qui sont caractérisés et analysés, ce sont :

  • les composantes végétales présentes (localisation, relation écologique, compétition potentielle ou utilisations bénéfiques);
  • une étude des sols
  • la topographie et l’écoulement de l’eau;
  • l’ensoleillement (obstacle et déplacement du soleil);
  • la direction des vents (direction, vélocité);
  • la présence de microclimats;
  • l’indice de présences animales;
  • l’indice de maladie ou d’insectes ravageurs;
  • la présence de matières premières utilisables (bois, pierres, argile, sable);
  • la présence d’infrastructures utilisables.

Nous complétons notre inventaire par des annotations relatives à l’esthétique du lieu (vues intéressantes ou à masquer), ce qui prépare la conception du ou des mosaïques de culture qui viendront à sa suite.

Cette étape est caractérisée par des mises en plan cartographique des différents éléments naturels inventoriés, le design d’appoint, et un rapport technique faisant ressortir les facteurs limitant la croissance végétale et les potentiels à mettre en valeur. En résultent différents scénarios dont nous discutons ensemble pour ensuite définir les différentes stratégies à adopter.

Les analyses agronomiques:

Ils visent à caractériser l’aire de culture du point de vue de la texture du sol, de la classe de drainage, de la luminosité, de la profondeur et du pH.  Cette caractérisation, agencée à d’autres observations terrain et couplée à des analyses physico-chimiques,  permet de mettre au point les recommandations pour la préparation du sol de l’aire de culture.

Liste de végétaux préliminaires:

Suite aux analyses agronomiques et tenant compte de la zone de rusticité de l’aire de culture, une liste de végétaux (arbres, arbustes, plantes herbacées, fixateurs d’azote) vous est remise afin de vous permettre de faire un choix préliminaire de végétaux pouvant être introduits dans votre aire de culture et ceci en parfaite adéquation avec votre écosystème.

Design final : la mosaïque des cultures

La mosaïque des cultures, c’est le nom donné aux derniers designs que nous concevons de votre aire de culture. Il s’agit d’un plan détaillé illustrant l’ensemble des parcelles de culture constituant votre forêt nourricière avec tous les éléments participants au projet de permaculture.

Vous y retrouverez illustrés:

  • l’emplacement, la forme et la dimension des parcelles de culture participant au design général;
  • le nom des espèces végétales cohabitant dans les parcelles de culture (comestibles, médicinaux, pollinisateurs, de détournement, régénérateurs du sol, couvre-sol);
  • l’emplacement et la dimension des éléments participant à la gestion de l’eau (baissières, bassin de rétention d’eau, drains);
  • l’emplacement et la dimension des clôtures (gestion préventive de la faune), des haies brise-vent (gestion du vent);
  • l’emplacement et les dimensions des infrastructures participant au projet;
  • l’emplacement des constituantes naturelles à préserver résultant de notre inventaire écosystémique (PFNL, bandes florales, matière première, etc).

La mosaïque de culture est accompagnée d’un document-synthèse portant sur les détails techniques touchant l’élaboration progressive de votre forêt nourricière (introduction des végétaux, éléments participants à la régie des sols, éléments participants à la protection des plants, entretien prévu, gestion préventive des éléments nuisibles, conception d’extraits végétaux: biofertilisants et biorépulsifs).